La Passe-Miroir 1 - Les Fiancés de l'hiver

Publié le par Josefa & Anaïg

Titre : La Passe-Miroir 1 – Les Fiancés de l’hiver

Auteur : Christelle Dabos

Maison d’édition : Gallimard Jeunesse

Genre : steampunk, fantasy, politique

 

Résumé de l’éditeur :

 

« Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la citadelle, capitale flottante du Pôle. A quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel. »

 

 

        Même après trois lectures, ce livre a gardé pour moi toute la magie de la première fois, et je le relèguerais sans hésiter au rang de mes classiques, mes incontournables.

 

        Tout d’abord, il y a cet univers si riche, un peu fourre-tout avec le mélange d’inspirations, dans lequel on est aussitôt happé et qui se révèle au fur et à mesure des chapitres. On retrouve ainsi des références à la cour de Louis XIV et ses complots, ses intrigues, le Second Empire, du Hayao Miyazaki… L’écriture de l’auteure nous donne bien  cette impression d’une opposition radicale entre l’arche de Anima et celle du Pôle, par exemple, et l’univers, chargé d’une magie qui semble naturelle, est tellement profond et bien construit que, en dépit, par exemples, de tous les complots et des menaces qui planent sans cesse sur la tête des personnages principaux, de l’hypocrisie que je déteste qui règne en maître, il nous donne l’envie irrésistible de devenir personnage de l’histoire, habitant d’une des arches.

     

      Dans un roman fantasy, qui nous propose un univers parallèle, bien que celui-ci soit une Terre post-apocalyptique, il est toujours important d’avoir des descriptions détaillées sur les paysages, ainsi que sur la politique, et, dans ce roman, on les trouve toutes sans qu’on ne s’ennuie. Le voyage s’est annoncé saisissant et sans accroche, une plongée fabuleuse.

 

        Les personnages sont le deuxième point important qui peut faire d’un roman un très bon livre ; dans La Passe-Miroir – Les Fiancés de l’hiver, ils sont très intéressants et assez atypiques. Tout d’abord, il y a Ophélie qui nous fait découvrir son monde à travers ses yeux ; au premier abord, elle semble très banale, cachée par ses lunettes, son épaisse tignasse et sa lourde écharpe tricolore, sa maladresse pathologique et sa grande réserve mais on la voit s’affirmer au fur et à mesure de sa progression, elle se construit grâce à son séjour au Pôle ce qui fait d’elle un personnage très fort. Ensuite, nous avons son cher grand et taciturne Thorn ; s’il parait dès le début très antipathique, il devient ensuite attachant. Il est déroutant, de par son comportement et de ses propos, de temps en temps, mais aussi de par le mystère qui continue de l’entourer quand à ces réelles intentions, et au sujet de la sincérité des propos qu’il a adressé à Ophélie. Berenilde, sa tante, est passée quant à elle, par plusieurs couleurs : figure maternelle, peste capricieuse, amoureuse, femme blessée, amie… Une de ses révélations va la colorer d’une nouvelle couleur qui va lui attirer la compassion de Ophélie. La sèche Roseline, enfin, la tante et chaperonne de la brunette à lunettes, attire rapidement la sympathie du lecteur : elle est toujours là pour sa nièce et filleule, la soutient, et sa fierté et son courage en font un personnage très respectable. Les personnages secondaires aussi ont beaucoup d’étoffe, mais je souhaite toujours percer l’épaisseur de chacun d’eux, en plus des principaux, dans la suite, je leur espère une évolution encore plus poussée.

 

    L’intrigue, en soit, est simple puisqu’il s’agit en gros de la survie de Ophélie dans ce monde sans scrupules, mais l’écriture de l’auteure, à la fois efficace, originale et magique, cet univers intrigant, nous happe et nous retient en haleine à chaque chapitre, à chaque page et il est très difficile de lâcher le livre.

 

      Ce livre est un véritable coup de cœur, un bijou, tous les ingrédients y sont pour nous subjuguer, que ce soit au niveau de l’écriture, de l’alchimie entre les personnages, de leur évolution et psychologie, de la richesse de l’univers, de l’humour qui y est présent (créé notamment par le décalage de mentalité) et ce roman m’a fait passer par tout un panel d’émotion : anxiété, frustration, colère, exaspération, attendrissement, impatience, tristesse…

LISEZ-LE IMPERATIVEMENT !

 

                                                                              Note : 10/10

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article